Kisangani/succession John Bolila : Lorsque les enfants du même ADN se poignardent à cause de l’héritage.

Décédé en 2009, polygame de son vivant, l’ancien directeur provincial de la DGDA/Province Orientale John Bolila avait laissé

non seulement de biens immobiliers mais aussi et surtout une progéniture riche. Et, même son décompte final, parce que mort en fonction, n’a ni trace claire moins encore une référence aux bénéficiaires du même ADN.

En effet, les enfants nés de la deuxième femme du défunt sont marginalisés par leurs aînés nés du premier contrat du mariage et ce, au vu et au su des leurs tantes et autres frères du défunt John Bolila.

Tout est parti de la « mauvaise » foi dont fait montre non sans gêne, les autres enfants qui refusent le droit de succession à leurs cadets nés de la deuxième épouse.
Le péché qu’aurait commis ces derniers, quatre au total est le fait d’être né de la seconde épouse du regretté John Bolila d’heureuse mémoire.

Tout porte à croire que c’est la fortune qu’aurait amassé les autres enfants parmi lesquels les engagés à la DGDA après le décès de leur géniteur.

À ce jour, Nathan Bolila Osiela l’un des fils discriminé totalise deux mois en détention à la prison centrale de Kisangani, sans procès.

Pendant ce temps, Joël Bolila Shamba arrêté sous le coup d’un mandat d’amener datant d’un mois puis vite relâché sous l’effet de la clameur publique.

Il y aurait un autre
mandat émis contre Jeanne Bolila Shamba et dont son exécution tarderait faute des faits clairs et nets reprochés à cette dernière malgré la puissante machine à destruction massive qui est derrière cette honteuse affaire d’héritage qui divise le clan Bolila.

Pour Lizette Bolila en liberté suite à son état de santé et qui ne peut ni se défendre moins encore sortir de son domicile, âgée de 19 ans, observe impuissante cette affaire.

Dans un message envoyé au détenu datant du début du mois de février, le député national Deveaux Bolila, jeune frère du défunt s’est contenté de dire à son fils qu’il était de cœur avec lui et ne supporte pas le voir en prison.
Et de poursuivre, qu’il revient à Kisangani bientôt pour le faire sortir de du geôle et trouver des solutions idoines pour régler définitivement cette affaire qui tourne aux allures du règlement de compte ternissant ainsi l’image de toute la famille.

Dossier à suivre.

SEMUL

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Contact Us

error: Le contenu est protégé !!