Kisangani : les parties prenantes provinciales informées sur le cadre juridique des changements climatiques et la contribution déterminée au niveau national

Le changement climatique demeure un problème crucial et qui attire l’attention de toute l’humanité.

D’après des chercheurs, les émissions de gaz à effet de serre continuent à augmenter et ont plus que doublé depuis 1990.
Cependant, le réchauffement mondial provoque des modifications durables du système climatique. Et si l’humanité n’agit pas, cette menace aux conséquences irréversibles risque gros pour la planète.

Alors que la question sur les changements climatiques est en vogue avec plusieurs initiatives de mise en œuvre en République démocratique du Congo, il se dégage que les parties prenantes nationales et provinciales à l’occurrence les administrations provinciales, universités et institutions de recherche, le secteur privé ainsi que les organisations de la société civile ne sont pas toujours informées sur les textes juridiques y afférents.

C’est dans ce cadre que JUREC, juristes pour l’environnement au Congo, une organisation non gouvernementale œuvrant pour la protection de l’environnement organise à Kisangani du 14 au 16 décembre, un atelier de sensibilisation des parties prenantes sur le cadre juridique des changements climatiques et la contribution déterminée au niveau national.

Selon Me Félix Lilakako président du conseil d’administration de l’ONG JUREC, ces assises de trois jours visent de permettre aux participants à se préparer efficacement au processus de lutte contre les effets néfastes au changement climatique. Cet atelier poursuit Me Félix Lilakako, vise également à informer les administrations, les acteurs de la société civile, les universités et institutions de recherche sur le cadre juridique des changements climatiques.
Il appelle cependant aux acteurs de la province de la Tshopo à s’approprier les questions de changement climatique.

« Nous osons croire que cet atelier permettra à vous acteurs de la province, de vous approprier des questions des changements climatiques, d’identifier le rôle respectif de chaque entité et surtout de renforcer des mécanismes de collaboration pour assurer une mise en œuvre efficace de la CDN dans la province de la Tshopo », conclut Félix Lilakako.

Tout en félicitant l’ONG JUREC pour ses assises, le ministre provincial de l’environnement Norbert Lokula, encourage les participants à capitaliser les acquis de cet atelier afin de permettre la province de se préparer de ce combat qui est les changements climatiques.

Le projet informer les parties prenantes provinciales sur le cadre juridique des changements climatiques et la contribution déterminée au niveau national est une initiative de l’ONG JUREC appuyée par l’ambassade de Pays-Bas en République démocratique du Congo.

Ce projet vise à améliorer les connaissances des différentes parties prenantes provinciales sur les questions climatiques afin de leur permettre de contribuer efficacement en ce qui les concerne, à la mise en œuvre des engagements pris par la RDC en cette matière.

Il sied de souligner que juristes pour l’environnement au Congo intervient activement dans les questions des droits humains liées à la gestion et l’exploitation des ressources forestières, minières, fauniques et autres, notamment sous l’angle juridique.

Jean Claude Fundi

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Contact Us

error: Le contenu est protégé !!