Kisangani : incendie criminel de parc à bois à la CFT, les dessous de carte.

Dans la nuit du samedi à ce dimanche, 18 septembre 2022, des inciviques non autrement identifiés ont mis feu dans une partie du parc à bois de l’usine de la société forestière de transformation, CFT. Ce feu a embrasé une partie des grumes de bois appartenant à cette société qui exploite sur la RN 4, dans le territoire d’Ubundu axe Ituri.

D’après les informations recueillies sur le lieu, ceci serait un acte de sabotage perpétré par des habitants illégaux qui occupaient la concession de la CFT située en face de son usine de transformation au PK 9 route aéroport de Bangkoka, où ils ont été déguerpis.

En effet, consécutivement au jugement sous RC. 13.970/RH/3727 rendu par le Tribunal de Grande Instance de Kisangani en date du 06 juin 2018 aux termes duquel le Tribunal avait ordonné le déguerpissement de tous ceux qui occupent de leur chef ainsi que la démolition des cases y compris d’autres constructions anarchiques érigées dans la dite concession de 50 hectares.

Emmanuel Kabula Kabula officier du ministère public près le Tribunal de Grande Instance de Kisangani a, suivant les articles 12 du code de procédure pénale était saisi des faits de rébellion à charge des sieurs Pascal Korombe, Thomas Uketi Rombo, Franck Lola et Mondro Piongo qui se sont réinstallé dans la concession SR 159 et 30 situées au Pk 9 et 10 route Ituri(aéroport de Bangkoka), quartier Kilanga dans la commune Kisangani appartenant à la consession forestière et de transformation, CFT, d’où ils avaient été déguerpis.

Étant donné que ces personnes se sont réinstallé après avoir été déguerpis suivant le procès verbal d’expulsion et de démolition du 27 septembre 2018 sur réquisition de force de l’ordre décernée le 19 septembre par le procureur de la République et considérant le procès verbal d’installation de la compagnie forestière et de transformation du 27 septembre 2018, l’urgence voudrait que ces hors-la-loi soient de nouveau déguerpis, le vendredi, 16 septembre dernier.

Il y avait une dizaine de case partiellement habitées qui ont été complètement détruites conformément à la loi.
Par ailleurs, selon l’un des occupants illégaux trouvés sur le lieu ce dimanche 18 septembre, un certain Joseph Mabruki se réclamant ayant droit est l’homme orchestre de la vente illicite des parcelles dans cette concession de la CFT et il aurait même, d’après les témoignages recueillis, attribué gracieusement des terrains à certaines autorités politico-administratives, judiciaires, militaires et avocats pour un probable soutien à sa cause du reste perdue.

Qui achète mal achète double dit-on.

Mais, cet adage est loin d’être appliqué pour le cas sous examen car, la concession de la CFT va servir pour la pépinière des accasia et cacao pour le reboisement de la superficie des forêts exploitées par cette société, l’une des sources de revenus pour la province de la Tshopo par le biais du payement de la taxe sur la superficie.

La compagnie forestière et de transformation détient cette concession en face de son usine de transformation depuis 2004 à la suite de la cession par l’ancienne société Amexbois.

SEMUL

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Contact Us

error: Le contenu est protégé !!