Comptage de 100 jours de Madeleine Nikomba : »Attendons l’investiture du gouvernement provincial  » (Patrick Matata)

Réagissant à la polémique ainsi qu’aux tergiversations autour de 100 jours de gestion du nouvel exécutif provincial, le haut cadre du parti politique Union pour la Démocratie et le Progrès Social, UDPS en sigle, élague le malentendu et fixe l’opinion quant à ce.

Au cours d’un point de presse tenu  samedi 23 octobre 2022 à Kisangani, Professeur Patrick Matata estime que le comptage de 100 jours de gestion de Madeleine Nikomba va commencer le jour de l’investiture du gouvernement provincial.

Tout en évoquant les dispositions légales en occurrence les articles 195 et 198 de la constitution, ce chargé de communication de la fédération rurale de l’UDPS Tshopo et de surcroît Professeur d’Université, explique que le gouvernement provincial est composé du gouverneur, du Vice-gouverneur et des ministres provinciaux.

 » Lorsqu’on consulte la loi 08/012 relative aux principes fondamentaux à la libre administration des provinces en son article 23, on reprend également la composition du gouvernement provincial. Le gouverneur et le vice-gouverneur sont investis par ordonnance présidentielle. Et ces derniers nomment les ministres provinciaux qui eux sont investis par l’assemblée provinciale après avoir accepté le programme du gouvernement provincial. » dit Patrick Matata devant la presse.

A lui d’ajouter :
 » À la Tshopo nous sommes dans une phase de constitution du gouvernement provincial. On a pas encore un gouvernement provincial au stade actuel. On a un gouverneur et un vice-gouverneur. Il faut à présent désigner les ministres provinciaux et les investir. Pendant ce temps peut-on compter les jours d’un gouvernement inexistant ? Il serait hasardeux de se jeter dans un tel exercice parce que le gouvernement provincial n’existe pas encore »

Ce haut cadre de l’UDPS indique par ailleurs que ceux qui voudront compter les jours de gestion peuvent attendre la constitution du gouvernement provincial. Et c’est après qu’on « va les évaluer grâce au programme validé et accepté par les députés provinciaux », conclut Professeur Patrick Matata Makalamba.

Pompon Beyokobana 

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Contact Us

error: Le contenu est protégé !!