Vacances scolaires : certains enfants exploités économiquement.

Les parents appelés à assurer la scolarité de leurs enfants en âge scolaire pour éviter leur exploitation économiquement. C’est ce que pense Maître Blaise Iyamba, avocat au barreau de la Tshopo et enseignant à l’Université de Kisangani.

Dans une interview exclusive accordée à boyomainfo, cet
enseignant à la faculté de droit appelle les parents à prendre correctement en charge la scolarité de leurs enfants en âge scolaire pour éviter tout exploitation abusive.
Il souligne que les parents qui s’écartent de ce devoir moral risquent de tomber sous le coup des infractions prévues dans les dispositions de la loi relative à la protection de l’enfant.

Cet enseignant de la faculté de droit de l’Université de Kisangani s’insurge par ailleurs à l’exploitation économiquement des enfants évoquant par conséquent l’article 57 de la loi n°09/001 du 10 Janvier 2009 pour la protection de l’enfant. Cette loi stipule que  » l’enfant a droit à la protection contre toute forme d’exploitation et des violences ».

« A Kisangani, l’on observe la présence élevée des enfants mineurs dont l’âge varie entre 10 et 15 ans se lancer dans les activités commerciales. Ils sont dans le petit commerce de vente des aliments cuits, cireurs de chaussures, lavage des engins roulants, vente des crédits, vente des oeufs et des chikwangue… », déplore Me Blaise Iyambe.

Cependant, il rappelle que le devoir des parents est de veiller à la discipline familiale, car dit-il, celle-ci doit être administrée de telle en sorte que l’enfant soit traité comme il se doit.

Face à cette situation, le boyoma info a approché certains enfants en âge scolaire utilisés abusivement dans les différentes activités économiques.

 » Je m’appelle victoire, j’ai 10 ans, je vent les œufs. Ce sont mes parents qui m’ont envoyé, car cet argent nous aide à la survie, déclare ce petit enfant vendeur des oeufs.

Je m’appelle Marie, j’ai 11 ans, je suis entrain de vendre les chikwangues. Ce sont mes parents qui m’ont envoyé car cet argent nous aide à payer notre scolarité et notre habillement, déclare cette fillette à l’air fatiguée.

La Division provinciale reste sans mot !

Le chef de la division provinciale de la jeunesse Pierre Clair Mpiana note que le rôle principal de la division de jeunesse est de sensibiliser les parents contre l’exploitation économique des enfants.
Et d’indiquer que faute de moyens, son institution n’y peut rien.

Face à cette situation quelques parents approchés par la rédaction de boyomainfo explique cette situation par manque de revenu.

 » Les enfants sont utilisés faute de nous parents. Nous ne connaissons pas notre rôle à jouer envers les enfants et aussi à Kisangani le travail est difficile. C’est pourquoi nos enfants sont devenus des commerçants pour s’occuper de la famille surtout quand ils sont souples », déclare Robert BASEKAWIKI.

Un autre parent parle de la même situation. A l’en croire, la conjoncture actuelle du pays pousse les parents à envoyer leurs enfants dans la rue pour le débrouillardise. Il affirme que ces enfants enfants sont de victimes du manque d’emploi de leurs parents et/ou tuteurs.

Il convient de souligner que l’habitude des enfants vendeurs ambulants dans la ville de Kisangani commence à gagner du terrain surtout en période de vacances. Des enfants en âge scolaire sont de plus en plus utiliser dans de différents commerces ambulatoires.

Eliezer Liande

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Contact Us

error: Le contenu est protégé !!