Environnement : « la province de la Tshopo dispose des potentialités capables d’attirer des financements pour la RDC » (Madeleine Nikomba)

Sur invitation du ministre de l’environnement et développement durable, 7 provinces de la République démocratique du Congo dont la Tshopo, prennent part aux travaux de la COP27 qui se tiennent à Sharm el Sheik en Egypte depuis le 6 novembre 2022.

Dans une interview exclusive accordée à environews.com à Sharm el Sheik à l’occasion de cette grande messe qui réunit 200 pays du monde, Madeleine Nikomba Sabangu Gouverneure de la Province de la Tshopo parle de sa vision de gouvernance forestière en lançant un message aux bailleurs de fonds à appuyer des projets de préservation des forêts.

Tshopo, province solution pour la RDC ?

A en croire Madeleine Nikomba, la province de la Tshopo présente des potentialités qui peuvent attirer des financements pour la République démocratique du Congo.

« La province de la Tshopo présente beaucoup des potentialités.
Nous avons la grande forêt, nous avons la tourbière.
Nous sommes parmi les provinces solutions aujourd’hui et c’est la raison même de notre présence ici parce qu’il y a 26 provinces et l’on a choisi que 7 », argumente la Gouverneure de la Tshopo.

Nikomba en Egypte, la Tshopo tire des avantages 

Madeleine Nikomba, Gouverneure de la Tshopo 

Le voyage de la Gouverneure de la Tshopo à Sharm el Sheik en égypte n’est pas du tout une promenade.
Un voyage très avantageux, rassure Madeleine Nikomba.
A l’en croire, sa présence en Egypte l’a permis de rencontrer les sociétés qui travaillent sur les crédits carbone.

« Nous en tant que province qui possède la forêt et qui a une grande tourbière, nous avons droit aussi à ce crédit carbone. Et donc nous avons rencontré toutes ces gens qui sont les décideurs ou mieux, ceux qui payent le crédit carbone aujourd’hui dans le monde. Je parle de ces entreprises qui polluent l’air et qui doivent acheter le crédit carbone », précise la Gouverneure de la Province de la Tshopo.

Et d’ajouter que les contacts ont été pris avec une entreprise qui va commencer le travail dans la province de la Tshopo pour afin bénéficier du crédit carbone.
C’est à ce titre que la Gouverneure de la plus vaste province de la RDC vente le plaidoyer du premier ministre Sama Lukonde quant au prix à fixer pour le crédit carbone.

De gauche à droite, M. Nikomba et JM Sama Lukonde à Sharma el Sheikh 

« … Nous avons aimé les plaidoyers qui se sont faits ici par le premier ministre de la RDC son excellence Jean-Michel Sama Lukonde qui a parlé de ce prix qu’on nous fixe, qu’on nous exige alors que nous, nous conservons la forêt et nous voulons sauver l’humanité.
Nous avons aussi droit de discuter sur ce prix. Ils ne doivent pas nous fixer ou nous obliger des prix quelconque contre notre propre bien. Aujourd’hui nous demandons à notre population de conserver la forêt mais on doit aussi leur donné une réponse par rapport à la contre-valeur de cette conservation », a martelé Madeleine Nikomba.

Madeleine Nikomba compte mettre en place une synergie locale de la gestion des ressources naturelles.

Etant l’un des piliers de son programme d’actions adopté par l’assemblée provinciale, la question de l’environnement occupe une place de choix chez la quatrième Gouverneure de la Tshopo.

Pour ce faire, Madeleine Nikomba compte mette en place la politique provinciale de la gestion des forêts et de la biodiversité. Comptant sur l’expertise des ONG locales en matière de l’environnement, elle compte mettre en synergie les forces afin de faire avancer les démarches entreprises déjà par ces dernières.

Très inspiré dans le domaine de l’environnement, la Gouverneure de la Tshopo accentuera sa gouvernance dans la conservation des forêts mais aussi l’usage de la politique de reboisement.

Les assises de la COP 27 visent à réduire de 45% les émissions mondiales de CO2 d’ici à 2030 (par rapport au niveau de 2010).
Pour la première fois, les énergies fossiles sont explicitement pointées du doigt dans le texte, et les pays s’engagent à les réduire. Mais globalement, la COP26 a déçu. Celle-ci est donc d’autant plus attendue.

Jean Claude Fundi.

Share

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Contact Us

error: Le contenu est protégé !!